Le Chant de Sainte Carmen de la Main

Le Chant de Sainte Carmen de la Main

Maude Guérin (Carmen) et la troupe du Chant de Sainte Carmen de la Main © Yves Renaud

Carmen revient à Montréal après un séjour de six mois à Nashville où son amant Maurice l’a envoyée perfectionner ses yodles. Son retour a mis en émoi toute la faune de la Main : prostituées, travestis et drag queens. Ses admirateurs pressentent que le spectacle qu’elle donnera le soir même au Rodéo sera un événement qu’un lever de soleil extraordinaire a annoncé. Dans sa loge, Carmen retrouve Bec-de-Lièvre, la sœur de Maurice qu’elle a sortie de la toilette des femmes pour en faire son habilleuse et qui, depuis, veille amoureusement sur elle. Mais l’arrivée de Tooth pick, l’homme de main de Maurice qui lui voue une haine tenace, vient gâcher ces retrouvailles.

Équipe de création :
René-Richard Cyr (Livret / Paroles)
René-Richard Cyr (Mise en scène)
Daniel Bélanger (Musique)
Philippe Brault (Direction musicale)
Michel Tremblay (Auteur)
Monique Fauteux (Direction vocale)
Pierre-Étienne Locas (Décor)
Mérédith Caron (Costume)

Distribution :
Normand d’Amour (Maurice)
Éveline Gélinas (Bec-de-Lièvre)
Maude Guérin (Carmen)
France Castel (Gloria)
Benoît McGinnis (Tooth Pick)

Le choeur :
Michelle Labonté, Édith Arvisais, Maude Laperrière, Frédérike Bédard, Philippe Brault, Normand Carrière, Renaud Gratton, Liu-Kong Ha, Josianne Hébert, Simon Labelle-Ouimet, Benoît Landry, Eve Landry, Christian Laporte, Milène Leclerc, Bruno Marcil, Frédérik Zacharek,

Montréal
2 mai 2013
Théâtre du nouveau monde
Balcon : H-15

Critique :

Mitigé… voilà le mot qui nous est venu à l’esprit à la sortie de la nouvelle pièce du trio Tremblay-Cyr-Bélanger, Le chant de Sainte Carmen de la Main. Nouvelle dans sa version musicale, car cette pièce créée en 1976 a été présentée chez Duceppe sous le nom de Sainte Carmen de la Main et, même à l’époque, elle n’avait pas été acclamée ou même appréciée.

Dès l’ouverture, on se croirait dans une fausse parodie du Roi Lion ! La troupe entame « Le soleil, c’est Carmen » devant un écran parsemé de petites lumières où se forme un énorme soleil lumineux à la façon des jeux pour enfants « Lite Brite ». Et, malheureusement c’est le seul élément de décor auquel le public aura droit.

Le chant de Sainte Carmen de la Main, a le mérite d’avoir dans ses rangs de nombreux comédiens et comédiennes de talent. Maude Guérin, en Carmen, nous livre une performance éblouissante ainsi que France Castel qui, pour l’occasion, reprend son rôle de chanteuse et interprète une ex-chanteuse sud-américaine éclatante ; et que dire de sa prestation sur la chanson « Buenas Noches, Mi Corazon ». En revanche, on trouve dommage que le chœur de ce théâtre musical n’aie pas été utilisé à sa pleine capacité. Un manque qui, à notre avis, aurait pu faire une différence.

On se doit de remercier Michel Tremblay, l’auteur de cette pièce, pour ce vocabulaire imagé : c’est un pur plaisir pour les oreilles. Pour cette version musicale, on doit également souligner le travail de Daniel Bélanger qui nous amène complètement à l’opposé de ce qu’il avait fait avec Belles-Sœurs. Mais, malheureusement, les chansons n’accrochent pas, comme ce fût le cas avec Belles-Sœurs.

Avions-nous trop d’attente envers Le chant de Sainte Carmen de la Main ? Probablement… Lorsqu’on sait le succès remporté par leur pièce musicale précédente, on ne peut faire autrement. Il manque à cette pièce un quelque chose qui ferait qui la ferait décoller… On attend mais, cela ne vient pas.

En tournée :
— Québec (Salle Albert-Rousseau), 10,11, 17 et 18 janvier 2014
— Saint-Jean-sur-Richelieu (Théâtre des Deux Rives), 24 et 25 janvier 2014
— Drummondville (Maison des arts Desjardins Drummondville), 30 janvier 2014
— Shawinigan (Centre des arts), 1er février 2014
— Gatineau (Maison de la culture de Gatineau — Salle Odyssée), 5 au 8 février 2014
— Brossard (L’étoile Banque nationale), 14 et 15 février 2014
— Joliette (Salle Rolland-Brunelle), 21 et 22 février 2014
– Sherbrooke (Salle Maurice O’Bready), 25 février 2014
— Trois-Rivières (Salle J.-Antonio-Thompson), 28 février et 1er mars 2014
— Longueuil (Salle Pratt & Whitney), 6 et 7 mars 2014
— Sainte-Thérèse (Théâtre Lionel-Groulx), 8 et 9 mars 2014
— Terrebonne (Théâtre du Vieux-Terrebonne), 14 et 15 mars 2014
— Chicoutimi (Théâtre Banque Nationale), 21 et 22 mars 2014
— L’Assomption (Théâtre Hector-Charland), 25 et 26 mars 2014
— Saint-Hyacinthe (Centre des arts Juliette-Lassonde — Salle Desjardins), 28 et 29 mars 2014
— Laval (Salle André-Mathieu), 3 et 4 avril 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *